Logo
Le Réseau de Téléexpertise en Imagerie Médicale du Mali

Le Mali, pays continental très vaste 1.241.000 km², sous-développé, sous-peuplé et pauvre avec plus de 13.000.000 hbts et une densité à 9,4 hbts/km², ne dispose que d’une quinzaine de radiologistes, tous installés à Bamako, secteur public et privé confondu. Les besoins sont donc immenses.
La politique sanitaire actuelle du Mali a été mise en œuvre après que les décideurs aient consenti de gros efforts en mettant en place des centres de santé communautaires dans les localités périphériques, des centres de santé de référence dans les communes urbaines et des hôpitaux régionaux dans les chefs lieux de région, quelquefois avec l’aide des médecins coopérants étrangers. Ces médecins de province n’ont qu’un manipulateur en radiologie lorsqu’il y a une installation simple de radiologie et leur expérience personnelle en radiodiagnostic pour faire face aux énormes besoins d’examens radiographiques. Dans ce domaine, en dehors de certaines images élémentaires, « l’œil » du radiologiste est très souvent indispensable pour poser le diagnostic.
C’est ainsi qu’est née l’idée de la création d’un réseau de téléradiologie entre les hôpitaux régionaux et les hôpitaux centraux au cours d’un forum des acteurs de la santé organisé à Bamako en 2002 par l’IICD (International Institute for Communication and Development) des Pays Bas. Ce réseau de téléradiologie a été baptisé IKON. Il est supposé s’appliquer à la radiologie pour un début mais peut s’étendre à d’autres spécialités médicales.
L’objectif principal du projet était donc de procéder à la lecture de tous les dossiers radiologiques nécessitant un avis spécialisé dans les 24h qui suivent leur envoi donc exactement la durée d'attente de lecture des clichés à Bamako.
Le projet fut jugé d’intérêt public et accepté par l’IICD qui décida alors de financer sa mise en œuvre.

Ce projet aura pour intérêt immédiat pour les populations:
- une amélioration de la prise en charge des malades
- une réduction notable du nombre d’erreurs diagnostiques dans les hôpitaux régionaux
- éviter les évacuations inutiles des malades vers les Hôpitaux nationaux.
- réduire le coût des dépenses de santé des populations compte tenu de leur faible revenu et de l’inexistence d’une prise en charge sociale.

- une plus grande disponibilité des lits dans les hôpitaux nationaux.
- une meilleure prise en charge des patients ;
- suppression de l’isolement clinique pour les pratciens des régions;
- formation médicale continue à travers les possibilités de téléenseignement et de télé-encadrement offertes par le système de téléradiologie.
- familiarisation avec la pathologie régionale pour les radiologue de Bamako;
- possibilité d’un 2ème avis ou de contre-expertise par des collègues extérieurs européens partenaires à travers l’utilisation du réseau de téléradiologie déjà existant à l’Hôpital du Point G.
- disponibilité des lits d’Hôpitaux par réduction des évacuations intempestives et non justifiées depuis les régions.
- formation médicale continue pour les médecins dans les régions et des techniciens de radiologie.

Ce projet d’intérêt communautaire est conçu pour participer à l’amélioration de la santé des populations éloignées en utilisant les avantages des technologies de l’information et de la communication, compte tenu de l’étendu du territoire malien, de la mauvaise répartition et de l’insuffisance des spécialistes.
Le projet se déroule en 2 phases, une phase pilot déjà terminée et une phase d'extension en cours.La phase pilote regroupait les 3 hôpitaux du Mali (Sikasso, Mopti et Tombouctou), la phase d'extension a concerné les Hôpitaux régionaux de Kayes, de Segou et Gao. Ainsi tous les hôpitaux régionaux sont couverts par le projet. A hôpitaux publics, il faut ajouter les Services de Santé Morila SA (Anglogold/Randgold).

Le démarrage effectif des activités de télétransmission des images radiographiques a commencé en juillet 2005 entre Mopti et Bamako.

 

 


IKON 2012- Mise a jour Septembre 2012